Du plan de sobriété à l’engagement sociétal !

Comme de nombreux acteurs économiques du territoire national, le CHU de Rouen, le Centre Henri Becquerel et l’université de Rouen Normandie ont élaboré leurs plans de sobriété dans lesquels des mesures durgence sont prises par contrainte d’inflation et pour participer à l’effort collectif pour l’environnement. Cet exercice est aussi loccasion de rappeler lensemble des actions structurantes menées depuis plus de 20 ans ; que ce soit au bénéfice de nos salariés, de nos patients et de nos étudiants, par engagement social et sociétal.

Comme tous les hôpitaux, le CHU de Rouen et le Centre Henri Becquerel fonctionnent nuit et jour, 365 jours de l’année pour accueillir patients, soignants, étudiants, fournisseurs et visiteurs. Outre l’électricité, les hôpitaux sont également de grands consommateurs de gaz pour le chauffage, d’eau chaude sanitaire (notamment pour les services de blanchisserie et les cuisines) et génèrent de très nombreux transports et déplacements. L’accroissement d’activité et la mise en œuvre de technologies nouvelles de soins nécessitent toujours plus d’énergies. Autant de services et d’activités indispensables au soin et à l’accueil des patients hospitalisés. 

Les enjeux environnementaux sont de fait particulièrement stratégiques pour les acteurs de la santé : avec plus de 17 millions de m² construits, le patrimoine des hôpitaux est plus important que celui de l’État – universités comprises. Les consommations énergétiques représentent 11 %[1] de l’ensemble des consommations du secteur tertiaire en France. Une étude de 2020 de la prestigieuse revue Lancet estimait d’ailleurs que les hôpitaux sont responsables de 5%[2] des émissions mondiales de gaz à effet de serre.

Conscients de longue date d’appartenir aux acteurs économiques les plus énergivores, et soucieux de mettre en cohérence leur impact écologique avec les valeurs de l’hôpital – le 1er principe de prudence appris aux étudiants de médecine étant “Primum non nocere” (d’abord ne pas nuire), le CHU de Rouen, le Centre Henri Becquerel et l’université de Rouen Normandie agissent pour réduire leur empreinte carbone, leur consommation énergétique, et encourager les bonnes pratiques à travers diverses actions.

 

Les actions phares du CHU de Rouen portent sur plusieurs aspects : les travaux, la mobilité et la logistique

Le CHU de Rouen peut se targuer de faire partie des CHU de France les plus performants, notamment grâce à un système de chauffage par cogénération mis en place depuis le milieu des années 90.

En matière d’économies d’énergie :

  • Certifiée ISO 50001 depuis avril 2019
  • Isolation des combles et des sous-faces de plancher
  • Réfection des toitures terrasses avec isolant
  • Remplacement des fenêtres dans le cadre des opérations de restructuration
  • Campagne de modernisation des ascenseurs avec récupération d’énergie (consommation électrique divisée par 4)
  • Remplacement des néons par du LED dans les sous-sols HCN
  • Récupération de l’eau de pluie pour l’arrosage sur les sites de HCN et Oissel

Une politique volontariste en matière de mobilité :

  • 6 parkings vélos disponibles sur le site de Charles Nicolle et Saint-Julien
  • Mise en place d’un prêt de vélo électrique pour tester sur plusieurs jours leur utilisation
  • Développement d’une plateforme de covoiturage pour les professionnels du CHU
  • Création d’un service d’auto-partage pour les professionnels du CHU

La logistique :

  • Valorisation par méthanisation des biodéchets des selfs
  • Bionettoyage sans chimie
  • Des actions structurantes depuis 10 ans à la blanchisserie pour réduire son impact environnemental : utilisation de produits non polluants, d’équipements moins énergivores, etc.
  • Politique d’achats responsable

Pour en savoir plus : https://fr.calameo.com/read/000050332b519db533640?page=6

Becquerel : une restructuration exemplaire

Le Centre Henri Becquerel est l’établissement de référence en cancérologie sur le territoire. Il prend en charge 40% des patients atteints de cancer de la Normandie Orientale (ex-Haute-Normandie). Pour faire face à une activité croissante et continuer d’assurer un niveau d’excellence en matière de prise en charge de patients, de recherche et d’innovation, le Centre Henri Becquerel s’est lancé dans son projet d’agrandissement et de restructuration.

Par ailleurs, adhérent à l’association nationale “Comité pour le développement durable en santé” (C2DS), le Centre Henri Becquerel a conçu son futur bâtiment CHB1 avec un cahier des charges environnemental très précis, issu du référentiel Haute Qualité Environnementale (HQE), avec une volonté forte de maîtriser les consommations énergétiques, depuis sa conception jusqu’à son exploitation : valorisation de matériaux avec une faible empreinte environnementale dont certains sont issus du réemploi, travail sur les surfaces vitrées pour une gestion bioclimatique, gestion des eaux pluviales, raccordement au réseau de chaleur de la petite bouverie (chaufferie biomasse)… dans un objectif de sobriété énergétique et de réduction de l’empreinte carbone du bâtiment tout en contribuant, intrinsèquement, à un grand confort d’usage.

Université de Rouen Normandie  : de la formation à la recherche en passant par l’innovation et la vie de campus 

Après l’obtention du label DD&RS – Développement Durable et Responsabilité Sociétale, et le lancement de la démarche T.URN “l’Université en Transitions” en octobre 2020, l’université de Rouen Normandie intègre ses enjeux de transition socio-écologique à l’ensemble de ses missions et activités : formation, recherche, innovation et vie de campus en créant, en décembre 2022, l’Institut T.URN qui portera tous les projets associés.  

Soucieuse du cadre de vie et de l’environnement offerts à ses 32 000 étudiants et 2 500 personnels, l’université de Rouen Normandie est engagée depuis plus d’une dizaine d’années en faveur du développement durable et de la sobriété énergétique.  

Afin de réduire sa consommation de gaz naturel pour le chauffage de ses bâtiments (plus de 300 000 m²) et limiter l’usage de l’électricité face à la crise énergétique liée à une conjoncture singulière, la température moyenne des bâtiments est fixée à 19°C en période d’occupation, et réduite à 12°C dans les périodes d’inoccupation. Ces recommandations étaient déjà mises en œuvre dans de nombreux bâtiments de l’établissement depuis 2012 et elles ont fait l’objet d’une surveillance particulièrement accrue cette année. Depuis plus de 10 ans, l’Université dispose d’une bonne connaissance de ses consommations énergétiques (45 GWh) et de son impact environnemental (7 700 teqCO2) grâce au recueil rigoureux des informations de suivi de consommations et de coûts, notamment par le recrutement d’un économe de flux en 2020. 

Pour atteindre le nouvel objectif fixé au niveau national, c’est-à-dire baisser sa consommation de 10% d’ici à 2024, un engagement de l’ensemble des membres de la communauté universitaire sera nécessaire. Conformément aux recommandations ministérielles, l’établissement a élaboré un plan de sobriété énergétique, complémentaire des actions déjà menées par l’Université. Les personnels et étudiants en seront, toutes et tous, les acteurs, dans un esprit de co-construction et d’amélioration continue. 

Pour en savoir plus sur la démarche T.URN : https://turn.univ-rouen.fr/


[1] « L’énergie des hôpitaux et des cliniques », ADEME,14 novembre 2022.

[2] « The environmental footprint of health care: a global assessment » Lancet, Juillet 2020.

A lire aussi...

Pour la première fois, Rouen accueille au sein de son UFR Santé des étudiants...
Le congrès conjoint des Sociétés Françaises de Parasitologie et de Mycologie Médicale (SFP-SFMM 2022)...